Muriel MONTAGARD PENICA

Muriel MONTAGARD PENICA

Muriel est passionnée d’art et notamment de peintures, puis de photographies, elle a  beaucoup arpenté les musées. Elle s’est essayée  à la peinture, pendant quelques temps.

Mais son média de prédilection reste  la photo souvenir doux comme un premier amour transmis, entre autre, par son père. Partage d’heures passées avec lui  dans la chambre noire, joli  temps de l’argentique.

Ce qui l’intéresse c’est l’humain, mini scénarios qu’elle invente ou qu’elle découvre, le hasard fait parfois bien les choses. Conter  une histoire susciter de l’émotion, est ce qu’elle recherche dans ses photographies. Elle alterne noir et blanc et couleur. Deux visions différentes, d’aborder la photo, proposant une autre dimension  intemporelle.

Son travail excelle dès qu’elle est dans la rue. Un simple aperçu ici, à retrouver d’une manière plus complète sur son site instagram et sa page Fcbk. Nous en retiendrons émotion et originalité un joli travail de qualité, à suivre absolument. Muriel Montagard Penica

@artsMarseille.com #LAFEMME2021 #femmesdu3èmemillenaire

https://www.facebook.com/marseilleinmyeyes/

https://www.instagram.com/marseille_in_my_eyes/

@artsmarseille.com

HANNIBAL RENBERG  leoleoparis

HANNIBAL RENBERG leoleoparis

Hannibal a pratiqué, la photographie argentique. Un Leica très jeune pour commencer. Son seul joujou est désormais, son phone pour capter les scènes de rue. Le fait d’utiliser un téléphone lui permet de prendre des instants de vie des « impressions de rue ».

Il faut néanmoins préciser que si nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser nos téléphones nous n’en sommes pas pour autant des photographes.

Il ne faut pas confondre nos photos qui sont des instants de vie, et quel bonheur et le monde de la photographie. Encore moins les confondre avec celles nommées, à juste titre Artistiques, certaines  seront appelées, à perdurer, de manière si différentes, soit sur les murs d’une exposition, et nous le souhaitons; ou ceux d’un particulier, collectionneur ou pas, amateur de beau ou encore qui le sait, d’un musée, ou retrouveront leurs places, dans des portfolios ou des sites.

Alors comment faire la différence entre une photo d’amateur si belle soit-elle et les photos dites d’art.. .En fait, être photographe, c’est un œil particulier, être en capacité intellectuelle de saisir immédiatement le bon angle, la belle attitude, la pose. De les capter au sens de « captation » en « live »

Hannibal Renberg fait partie, lui ,d’une génération du tout numérique, mais si il est passé du Leica à son smartphone c’est d’abord en allant de surprise en surprise et en constatant la qualité des photos, bref que son oeil était aussi certain malgré le changement d’appareil.

Emile Zola, Louis Aragon, Max-Pol Foucher, Pierre-Jean Jouve, Jean-Paul Sartre, Albert Londres, Blaise Cendrars et tous les poètes qui ont arpenté Paris ou Marseille ont écrit, décrit, raconté ce qu’ils voyaient, ce qu’ils ressentaient.

Hannibal Renberg s’est senti une même envie, toutes proportions gardées, avec le désir aussi de faire partager ses émotions, son humour, sa dérision par l’image. Ses photos intemporelles et hors de tout contexte local n’ont d’intérêt que par leque le spectateur leur porte. Un reflet de notre société. Sans autre ambition que d’étonner …
De faire passer des émotions de revenir à l’essentiel.

 

@Les Docks Village @ArtsMarseille.com  #artsmarseille @leoleoparis Instagram #photography #street #life #LaFemme2021 #Femmesdi3ème millénaire. #vie

CELINE SILVESTRE

CELINE SILVESTRE

Marseillaise d’adoption depuis 18 ans. Elle commence par observer et puis sort de sa réserve naturelle, pour appréhender la photographie de rue.

Son attirance est normale, elle s’y sent plus à l’aise libre d’elle même. Son appareil fait partie intégrante de sa vie. Toujours à portée de main. Ses balades l’emmènent vers des lieux magiques ou pas, car sa curiosité naturelle est toujours à l’affut d’un joli cliché pas forcement celui attendu mais celui qu’elle fera instinctivement.

Si elle y prends autant de plaisir, c’est parce qu’elle se laisse porter par ses envies, entre autre de saisir l’instant.

Tout ce qui s’offre à sa vue. Puis elle va s’immobiliser parfois, respirer, cadrer et déclencher. Et voilà ce qui nous donnera des photos aussi naturelles que faire se peut et d’une beauté folle des photos humaines. En quête d’une couleur, d’une lumière, d’une posture ou d’un mouvement. C’est une première pour elle, il a fallu la convaincre car elle est modeste et c’est justement ce qui m’émerveille chez elle.

Peut être viendra t-elle un peu ici, ce média n’est pas son univers et pourtant je peux vous assurer que son compte instagram est bien suivi.

Certainement parce qu’il y a beaucoup d’humanité dans ses clichés. À vous de voir mais si vous êtes Marseillais venez voir cette exposition sur #Lesfemmesdu3èmemillénaire #lafemme2021

@Les Docks Village @ArtsMarseille.com @Celine Silvestre. 

Volontairement pas de photos de l’exposition, juste histoire de vous donner l’envie de savoir comment elle a  représenté la femme…de son siècle .

@artsmarseille @celine silvestre  Instagram #photography #street

#LaFemme2021 #Femmesdi3ème millénaire. #couleurs #vie

EPHEMERE

Le projet « EPHEMERE » présenté ici sous forme de Work in Progress, est un projet en cours, personnel, et collaboratif.
Je vais le présenter en quelques lignes :

Pourquoi « EPHEMERE » ?

Ce projet n’a eu un nom que tardivement, « EPHEMERE » finalement comme une évidence, car tout ce que je fais sur ce projet est éphémère, la séance d’abord, qui ne dure que quelques heures, mais aussi le stylisme, toute la partie tissus, modelage, mise en forme est éphémère, une fois la séance terminée, les tissus reprennent leur place, sans autre forme que le travail de plissé qui les caractérisent.

Collaboratif, car plusieurs personnes travaillent ou sont à l’origine du projet:

Tout d’abord MLBL- ArtsMarseille.com qui m’a suggéré l’idée de travailler sur ce thème. Par son écoute, sa compréhension et connaissance de mon travail et de la photographie, sa croyance en mes capacités (comme celles de Claire et Véronique et comme celles des modèles qui m’ont fait confiance), par sa générosité, m’a aiguillé, m’a permis de donner un axe à mon travail, et finalement de vous proposer ces photographies.
Claire et Véronique des « Filles d’Hortensia », pour la réalisation des plissés, de leur aide, et de leur soutien depuis longtemps maintenant, et enfin les modèles qui sont toutes des modèles amateurs, mais de grande qualité, car ce sont grâce à elles que le tissus prend forme, se sont elles qui gèrent toute la partie stylisme du projet fiction de leur ressenti face au tissus.

La génèse d’ « EPHEMERE »

« EPHEMERE » est né du constat que je pouvais mélanger deux parties de mon travail photographique, à savoir le portrait est notamment le portrait de femme, et mon travail sur les tissus plissés qui a été réalisé à l’occasion de l’exposition « L’art des Plis » de Claire Raphaël qui m’y avait invité.
Le travail que je réalise sur ce projet, consiste à demander aux modèles, de s’emparer des tissus plissés que l’on me prête, afin de les mettre en forme, de créer et de trouver une esthétique (dans le mouvement, la pose, la forme qu’on lui donne et évidemment par la lumière) lorsqu’il sera porté par elles. Mettre donc en valeur le tissu, mais également mettre en valeur ces modèles par le tissu qu’elles portent en essayant de faire quelque chose de différent à chaque fois. De mon côté, une fois le stylisme validé, il me revient la tâche de mettre le modèle et le tissu en valeur sous mes lumières, et par mon approche, mon regard et ma sensibilité.

Chacun de ces éléments compose la photographie que je réalise, et sans l’un de ces facteurs, elle n’existe pas !

 

VOIR LA VIDÉO SUR YOUTUBE OU CLIQUEZ CI-DESSOUS >

CLOTILDE ROUSSEAU

CLOTILDE ROUSSEAU

Jusqu’au confins du possible ou de l’impossible telle pourrait être son credo bien que la sensualité l’enveloppe à chaque instant, alors visons la vision de l’impossible en toute féminité à fleur de peau. Elle sait partager cette douceur mêlée à la force, suggérant la séduction sans jamais trop en dévoiler.

Une vie doit être débordante de passions.
Elle est trop courte pour que l’on se contente de n’en vivre qu’une seule. Elle cite les propos de Romy Schneider
« Je veux apprendre, me développer, découvrir tout ce qui est en moi. »

Bien que tentée par le monde de l’audiovisuel, la musique l’a rattrapée. Un appareil argentique à 20 ans, elle enchaînait les reportages familiaux , voyages etc. il fallait attendre les développement c’était parfois long, quel en serait le résultat ce que l’oeil a vu ce que la pellicule donnera.

A l’ère du numérique , elle a enchaîné les différents appareils compacts, le bridge, le téléphone et utilisera le fameux compte « Instagram » pour partager ses émotions.
Exposer à nouveau lui semble intéréssant, sans oser vraiment et pourtant quel talent.

Les fonctionnalités du téléphone sont assez restreintes pour un photographe.
Par la suite au travers de rencontres amicales avec des photographes amateurs en partageant la même passion elle a réinvesti dans un reflex numérique.
« l’envie d’attraper la vie au vol « …

« J’aime photographier ce qui se passe dans le quotidien ou dans l’extraordinaire, que cette photo raconte une histoire une personne au naturel, regard, sourire, joie, peine, l’instant présent celui qui ne sera plus là la seconde suivante.»
C’est totalement réussi.

Particulièrement sensible aux émotions et à la sensualité que dégage une femme elle déclare avoir toujours cette soif de partager avec le public cette douceur mêlée à la force, suggérer la séduction sans jamais trop en dévoiler.

L’autoportrait lui permet de travailler et d’aller chercher la sensation que ressent le model quand il est devant l’objectif, provoquant une sorte de « titillement » agréable, celui qui donne le frisson, qui déclenche le désir tout simplement.

@artsmarseille @clotyld Instagram #photography #sensualité #femme #douceurs

JULIE AMIGUES

JULIE AMIGUES

Photographe passionnée depuis 25 ans, ma sensibilité et ma vision photographique sont assez singulières.

Je cherche le moment furtif qui permet d’exprimer une émotion précise, un ressenti, plus qu’une image. 

Constamment à l’affut, je suis une observatrice née et mon travail photographique est la traduction de cette quête.

Pour se faire, j’utilise et manipule la lumière pour exprimer ma réalité. Je m’attache à isoler un aspect particulier du sujet pour lui donner tout son sens. C’est ce que je fais avec les corps. Ils sont ma matière et je vais dessiner avec la lumière.

Par ailleurs, mon approche photographique se concentre sur la plastique de la ligne et la distorsion ou la transfiguration du réel. 

La matière n’est jamais brute, elle est exprimée au travers d’un prisme. J’ai besoin de me l’approprier, de la digérer pour la donner enfin aux regards.

Pourquoi avoir participé à cette exposition ? Peut être le contre-pied d’une réalité, celui du regard pas toujours bienveillant des hommes sur les femmes et notamment celui de la féminité ou de la sensualité qui pourtant fait partie de nous au joli sens du terme. 

Au travers de ces quelques clichés que vous découvrirez dans la future exposition,  je souhaite  que les femmes se réapproprient  leur beauté et leur féminité. 

Elles sont sexy et elles assument. Elles seront nues et en mouvement comme nous le sommes toutes si on nous ne l’interdit pas. Elles reprennent le pouvoir sur leur vie  et le regard des autres leur importe peu.

 C’est  peut être aussi ce que nous ressentons pour la plupart d’entre nous, depuis le mouvement Metoo.

 

@artsmarseille @julie_amigues_photographe   #photography #photographie  #portrait #architecture  #land

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DEVAKY SIVADASAN  Cheffe chez  « MAMA SPICE »

DEVAKY SIVADASAN Cheffe chez « MAMA SPICE »

 

Devaky partage avec nous dans sa parfumerie d’épices, les goûts de son pays, un mélange unique d’Orient et d’Occident essence même de sa vie. À travers ses créations Mama Spice nous apporte un mélange subtil d’émotions et de saveurs l’une ne se substituant jamais à l’autre. 

Avec harmonie les deux se rejoignent dans des nuances  mesurées, fusionnant sensuellement, tout en conservant leurs identités uniques à part entière. Le résultat en sera de nouvelles saveurs et de subtiles arômes entre les « Épices indiennes » et les « Aromates provençales ».

À sa Table, Eco-responsable, un peu particulière puisqu’elle à choisit de respecter certains critères sublimant ces épices, les utilisant avec talent, Devaky vous accueille dans son univers, merveilleux, incitant ses clients à se retrouver et se ressourcer. 

Le lieu se situe au cœur de Marseille,  24 rue Sylvabelle, adresse magique  sous l’appellation « Mama Spice ».  Sa passion pour les épices et la cuisine, lui permet de créer des plats qui relient les différentes cultures avec ouverture d’esprit autour de ses mets délicats. 

Sa cuisine raconte l’histoire de son voyage personnel de l’Inde à la France et incarne sa vision des femmes et de sa diaspora. Née indienne, elle s’identifie plutôt comme citoyenne du monde. Cette douce et jolie Cheffe  apprécie cette idée du mélange, Marseille est devenue son terrain de jeu. Ville de brassage de genres, de milieux, de couleurs.

Bien entendu il faut avoir le courage de bousculer, beaucoup de choses, de faire tomber certaines barrières, que ce soit dans la vie courante comme en cuisine. C’est pourquoi elle à voulut faire de son restaurant  un lieu intimiste, chic et épuré loin des stéréotypes du restaurant indien que nous connaissons.

Seul souvenir  du passé, une cocotte minute ramenée d’Inde qui fait le lien avec son histoire et lui rappelle chaque jour la chance qu’elle a d’être devenue une femme libre de ses  choix. Elle est arrivée avec six mois d’épices, du riz, des lentilles et un baby- chou dans les bras serré contre elle.  Apeurée avant le départ de ce long voyage vers l’inconnu, qu’on ne la laisse pas partir vers sa destinée et la liberté à laquelle toute femme à droit.   

Loin de son milieu social haut de game, éducation hors norme caste privilégiée, père diplomate mère aimante.   Mariée a un imposteur richissime, il lui a fallut beaucoup de courage pour s’enfuir avec une petite boule de chair son fils, chose la plus précieuse de sa jeune vie gâchée par un homme oublieux, de la délicatesse due à une femme quelque soit la culture ou le milieu social et sociétal. 

L’humain prédomine chez elle j’irais jusqu’à utiliser le beau terme d’humanisme, car elle aime la nature humaine malgré tout et se bat loin de son pays pour le respect des droits des femmes encore bafouées au 21 ème. 

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat avec « Mama Spice » Devaky a repris des études supérieures, puis a travaillé 13 ans chez « Airbus Helicopter’s »  en  France proche de Marseille,  où elle a occupé des fonctions importantes dans des postes stratégiques.  Directrice de la coopération industrielle au sein de l’équipe “task force » qui a créé la  filiale indienne.   Elle a déployé  la première plateforme de capitalisation au travers de la connaissance technique d’un  bureau d’études  « d’Airbus Helicopter’s. » 

Cette jeune femme a plusieurs cordes à son arc.  Elle  est également membre du conseil d’administration de la  prestigieuse « Société WERT International ».

Mais ce qui la caractérise tout comme Vanessa robuschi elle est  une jeune femme énergique et douce et remplie d’amour. Bel exemple pour tout le monde que la force tranquille de ses deux cheffes.

 

@artsmarseille.com #arts #creativity  @devaky sivadasan @Cheffe @Cuisine @Saveurs @Épices @Culture @ Inde 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ESTELLE CESAR

ESTELLE CESAR

 

Lorsque j’ai rencontré cette jeune femme ce qui m’a particulièrement interpellée, c’est sa constance. Son intérêt pour la photo au sens général du terme est intéressant, mais ce qui la caractérise va au-delà.

En particulier sa pugnacité pour arriver à ses fins, au cliché qui la satisfasse…

Quelle constance faire et refaire jusqu’a ce que le résultat soit à la hauteur de ses espérances.

Pour l’avoir déjà vue en reportages photos en shooting, j’ai compris très vite son attachement au beau travail bien fait.

 Elle excelle plus particulièrement  dans le paysage la macro, l’archi  ainsi qu’un travail très personnel sur la matière… Allez voir ses gouttes. Fabuleux exercice. 

Certes les photos réalisées pour l’exposition  lui ont demandé beaucoup d’imagination et j’avoue l’avoir, avec délicatesse, poussé à sortir d’elle même.

L’humain, la femme, ne sont pas ses sujets de prédilection.

Elle est plus proche des paysages ou de l’architecture. 

Et pourtant dans cette série d’autoportraits qu’elle a conçus, ce fut pour elle comme l’impression de créer un double… Au travers d’une fiction, d’une chimère.

Chimère, donc,  imagination, courir après une ombre, bref à nouveau la course à la perfection toujours plus, toujours mieux. Tel est le monde, mais doit-on pourtant devenir des robots et passer à côté de notre âme.

 Je vous encourage à la suivre tout simplement parce que si elle est citadine, elle se revendique totalement Marseillaise.  

@artsmarseille.com @Esther Cesar  @photography @photographie #gouttes #architecture #paysages #country

 

 

 

 

@artsmarseille.com #arts #creativity  @Estelle Cesar 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IRIS HOFMANN

IRIS HOFMANN

«Dans nos traditions religieuses, le féminin représente toujours l’autre, la frontière du groupe. Il y a quelque chose, à travers le féminin, qui raconte l’ouverture du corps social, à l’extérieur à soi, à l’étrangeté. Garder les femmes couvertes, où une propriété sur les frontières de leur corps, c’est symboliquement, contrôler les frontières du groupe. Et s’assurer qu’aucune solution étrangère ne viendra le contaminer. »

Delphine HORVILLEUR, Rabbine. in Ouest-France, 6-7 juin 2020.

Fabuleuse Cette femme complètement dans le 3ème Millénaire.

Pour ce qui concerne Iris elle est  née à Berlin ouest en 1967. Elle vit actuellement en France, partagée entre la Bretagne et la Charente. Elle a appris la danse dès l’âge de six ans, pratiqué toutes les disciplines inhérentes à cet art.  

La danse moderne, jazz, le hip hop, le classique, le flamenco, la danse orientale, les claquettes et la danse africaine. puis certaines danses folkloriques des pays de l’Est.

Elle précise s’être construite à travers la danse, la posture ainsi que la présence physique.

Son  parcours professionnel s’enrichit d’autres expériences et dans les années 2000 elle commence un autre parcours en s’intéressant  au monde de l’équitation.

Vingt ans après, elle apprécie toujours de travailler avec des purs sang anglais en tant que spécialiste ostéopathe afin de les préparer pour les courses, tout en s’efforçant de comprendre leur morphologie athlétique, et en analysant leurs mouvements musculaires afin d’appréhender leurs conditions physiques et mentales.

En parallèle depuis 2018,  j’ai entrepris un travail photographique sur mon propre corps. Un long et patient travail concernant le corps nu photographié au travers de ma propre vision. Mais j’ai réalisé que la photographie de mon corps ne me plaisait pas.

J’ai ensuite chercher à comprendre ma démarche,  comment continuer de tolérer  mon corps vieillissant.  Il est devenu le sujet de mes photographies à part entière, comme une étude sociologique sur le corps de la femme.

Comment assumer le vieillissement, tout en comprenant malgré tout sa force de séduction.

J’ai commencé par me réfugier derrière des accessoires, des poses étudiées,  jouant avec la lumière et l’ombre, un décor improvisé un lieu.  j’ai petit à petit accepté, ma présence sur le cliché.

Par la suite j’ai compris que ma démarche s’ouvrirait à des thèmes divers mais néanmoins tous liés à l’image de la femme.  Le quotidien domestique, la situation du désir, son positionnement dans le cadre du travail,  la représentation que le monde s’en fait objet de fantasmes, l’image que l’autre se fait dans la relation plus intime tout en s’efforçant malgré l’attirance entre deux êtres de garder son indépendante et sa liberté. »  N’est-ce pas la femme du 3ème millénaire!!!

@artsmarseille.com #arts #danse @irishofmann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vanessa ROBUSCHI  Cheffe

Vanessa ROBUSCHI Cheffe

Installée depuis fin 2008 dans le quartier de « La Vieille Chapelle » à Marseille son  restaurant « Question de Goût »…. Était son terrain de jeu, avant que le Covid19 ne classe leur métier dans le « non essentiel de ce pays. »  Depuis sa participation à Top Chef en 2015. Elle se qualifie comme « Une Cheffe intuitive, spontanée ». Sans limite dans sa créativité « autant côté sucré que salé ». 

« Les produits et mes humeurs sont mes seuls guides dit-elle avec modestie. J’aime mon métier dans son entièreté, de la cuisine en passant par la salle, et l’œnologie jusqu’au bar. J’aime que les choses soient liées entre elles de manière à avoir un sens, de même que la restauration est devenue le sens de ma vie. »

Elle est issue d’une famille de restaurateurs. Elle a entrepris des études en architecture, poussant jusqu’à la licence et elle a vite compris qu’elle ne pouvait s’épanouir qu’en faisant plaisir aux gens par le biais de la cuisine.  Son envie de  cuisiner est « innée » dit-elle encore.

« J’ai tout plaqué et j’ai recommencé mes études. J’ai eu la chance de faire mon apprentissage chez Gérald Passedat au « Petit Nice » à Marseille. J’y ai appris rigueur et  hiérarchie qui règnent dans une cuisine. La brigade et son organisation militaire collaient totalement avec ma personnalité» reconnaît celle qui pratique la boxe française. Elle correspond tout à fait à la jeune femme moderne pep’s, sportive et pleine d’allant.  La demoiselle qui habite en son sein devra s’adapter à sa maman sportive. Quelle belle jeune femme me suis-je dit en la laissant parler de ses passions. 

Pour revenir à elle  …  J’avais trouvé ma voie explique-t-elle.

Ensuite, elle a rejoint Lionel Lévy au restaurant « Une Table au Sud » à Marseille sur le Vieux-Port. « C’est un peu mon papa en cuisine. »  Il a fait plus que lui transmettre des techniques et des recettes, il lui a ouvert l’esprit à la créativité. C’est grâce à lui que je me suis libérée dit-elle encore.

Puis l’émission Top Chef  lui a fait prendre confiance en elle d’après Philippe Etchebest  « c’est une guerrière. »  Elle a acceptée avec une belle générosité de participer à cette future exposition  qui mettra en valeur  « La femme du 3ème millénaire ». Suivez-la, dans quelques jours nous la retrouverons comme une des nombreuses très belles femmes Marseillaises qui ont offert avec générosité leur talent pour sublimer les femmes. Elle nous montrera par son art et sa créativité à quel point les femmes de la Provence sont extraordinaires. Elle sera en compagnie de ces 6 photographes marseillaises accompagnées par deux  messieurs photographes eux aussi. Vous découvrirez, sa complice du moment  » Devaky Sivadasan. » qui allie avec tant d’audace les épices indiennes et provençales. 

J’ai le plaisir de vous présenter une jeune femme talentueuse et  qui a accepté de se prêter avec humour,  il y a quelques temps, à une séance de photographie montrant que l’on peut être Cheffe féminine et belle à souhait.

N’est-ce pas La Femme du 3ème millénaire !!!

 

 

Crédits photo Titiart photographe

 

@artsmarseille.com  @VanessaRobuschi  #cuisine #cheffes #ville de Marseille #Provence #mets #palaisgourmets #LaFemme2021 #Femmesdu3èmemillenaire @titiartphotographe  #CheffeVanessaRobuschi #Artiste #photography #photographie @DocksVillage #Docksvillage